Le site de la canne jaune.

Vos témoignages.


Précédent Suivant >
Sommaire


Les feux de la rampe.
Philippe Arnouf (Bordeaux, France) 10/09/2003.

Ayant passé vingt années dans le show-bizz Parisien, je peux vous dire que la cécité d'un artiste n'a jamais géné les producteurs, dans aucun pays. Citons Gilbert Montagné, Andréa Bocelli, Stevie Wonder, Ray Charles, etc. Par contre, la malvoyance telle que nous la concevons rend ce métier quasiment impossible. Je dis "telle que nous la concevons", car un chanteur comme Eddy Mitchell, particulièrement myope, n'a aucun souci, puisqu'il peut porter des lentilles, et que le "look" est sauvé. Mais un rétino comme moi, qui n'y voit pas dans le noir (et les coulisses sont noires !), qui est ébloui (20 000 watts de projecteurs sur un plateau télé), et surtout, dont la maladie ne se voit pas, n'intéresse vraiment pas ces messieurs des médias. En gros, c'est tout ou rien. Ou on y voit, ou on n'y voit pas. Mais entre les deux, on te remercie gentiment, dans le meilleur des cas !

Bien sûr, j'aurais voulu porter haut les couleurs de notre situation particulière, mais on ne m'en a jamais donné la possibilité. La preuve, c'est que quand ma rétinite a atteint un stade très avancé, j'ai été obligé de quitter Paris, de revenir à Bordeaux, parce que je n'avais plus de travail, je ne pouvais pas conduire, et il fallait me guider partout où j'allais. Et ça, quand on n'est pas complètement aveugle, les gens n'aiment pas !

Par exemple, si quelqu'un me guidait par le bras ou par l'épaule pour entrer sur scène, il ne le faisait pas longtemps, après avoir entendu : "Tiens, les musiciens sont homos !" Je n'ai rien contre les homos, j'en côtoie beaucoup, mais nous retombons toujours sur le même problème : le grand malentendu, la maladie qui ne se voit pas. D'où le côté indispensable d'un signe de reconnaissance.

Et si jamais je tâtonnais ou si je me cognais, j'entendais : "Il est bourré !". Je répondais que je ne buvais pas, et là : "Alors, il se drogue !"

Vous comprenez bien, après cela, que j'aurais vraiment adoré nous représenter, parler de nous, nous faire connaître, mais que la société des médias n'est pas prête à nous laisser passer, nous, les artistes malvoyants.

J'ai même entendu que si j'étais aveugle, "là, au moins, ça serait clair !" ou "on saurait sur quel pied danser !"

Mais je ne désespère pas, les mentalités changent, la roue tourne, et peut-être que d'ici peu, nous aurons notre place dans les médias, comme les autres.



Note : Philippe Arnouf à composé une chanson, "Bats-toi !", qui illustre le combat de chacun contre les dégénerescences de la rétine. Vous pouvez télécharger son interprétation sur son site (4,6 Mo, format MP3).


Précédent Suivant >
Sommaire


Vous aussi faites-nous part de votre témoignage.


[retour à la page d'accueil.]
[témoignages] [FAQ] [documents] [lois] [où acheter] [qui] [contact]

Dernière modification de cette page le 28/03/2007 par Nicolas Graner et Michel Puech pour CANNEJAUNE.ORG.